top of page
  • itrebucqpsy

Les schémas d'inadaptation précoces - un autre type de psychothérapie

Dernière mise à jour : 5 avr.

Un schéma est une disposition qui prend sa source dans l'enfance et influence toute notre vie. II est issu de ce que nous a fait subir notre entourage (famille, amis) à cette époque de notre vie : nous avons été abandonnés, critiqués, surprotégés, ou nous avons été victimes d'abus, du rejet de notre entourage ou de privation, toutes choses qui ont entraîné des traumatismes.


Au bout d'un certain temps, le schéma s'intègre étroitement à notre personnalité. C’est pourquoi, longtemps après avoir quitté le foyer familial, nous continuons à créer des circonstances au sein desquelles nous sommes maltraités, ignorés, dénigrés ou dominés, et nous ne parvenons pas à réaliser nos aspirations les plus chères.


Les schémas exercent leur influence sur notre façon de penser et d'agir et sur nos relations avec nos semblables.  Ils éveillent de violents sentiments comme la colère, la tristesse et l'anxiété. Même lorsque nous semblons choyés, que nous bénéficions d'une situation sociale enviable, nous ne parvenons pas à croire à la réalité de notre réussite.


Jean est un très prospère courtier âgé de 30 ans. C’est un séducteur qui ne parvient pas à s'engager. Il est prisonnier du schéma « carence affective ».


La situation de Jean illustre la nature stérile des schémas. Il souffre de la solitude. Il se sent vide. Il s'ennuie. Il ressent un profond vide intérieur et recherche frénétiquement la femme qui saura le combler. Il est certain de ne jamais pouvoir trouver cette femme. Il a l'impression de toujours avoir été seul et il est persuadé qu'il le sera toujours.


Enfant, Jean souffrait déjà de solitude. Il n'a pas connu son père. Sa mère était une femme froide, dépourvue d'émotion. Aucun de ces deux parents n'a su combler ses besoins affectifs. Il a été privé d'affection dans son enfance et devenu adulte, il recrée dans sa vie des circonstances propices au même détachement.


Il a est également passé de thérapeute en thérapeute, avec lesquels il était incapable de créer une intimité qui lui était peu familière et qui le mettait mal à l'aise. Le réconfort émotionnel prodigué par le thérapeute lui était nécessaire mais se révélait insuffisant.


Pour être en mesure de s'affranchir du schéma « carence affective », Jean devait d'abord cesser de trouver des défauts aux femmes qui le fréquentaient et se prendre en charge en acceptant de combattre le malaise que causait en lui la présence et les attentions d'une autre personne.


Autrement dit, en affublant les autres de tous les défauts du monde, il évitait ainsi d'éprouver un sentiment d'affection.


Le terme « schéma » désigne les croyances profondes, sur nous-mêmes et sur le monde, acquises durant la plus tendre enfance. Ils sont essentiels à notre sentiment d'identité. En renonçant à un schéma, nous renoncerions à la sécurité de savoir qui nous sommes et de quoi le monde est fait. C’est la raison pour laquelle nous nous accrochons à un schéma même s'il nous fait souffrir et qu’il est si difficile de l'enrayer.


La thérapie des schémas permet au thérapeute de collaborer avec la personne qui vient le voir. Elle permet d'aider à prendre conscience des comportements compulsifs et à découvrir comment y mettre fin.

 

Paul travaille dans le bâtiment, il est âgé de 35 ans. Plus sa femme Francine le trompe avec d'autres hommes, plus il la désire.  Paul est prisonnier du schéma « abandon ».


Le mariage de Paul ressemble à des montagnes russes. Il passe de l'espoir le plus fou au désespoir le plus vif. Sa femme a de nombreuses aventures extraconjugales. À chaque fois, elle promet qu'elle sera désormais fidèle et Paul la croit. A chaque fois, ses espoirs sont déçus.


Le thérapeute a appris à Paul à devenir plus sélectif dans ses relations avec les femmes et à éviter de rechercher des partenaires destructrices envers lesquelles il ressent une forte attirance physique. Il a dû admettre la dure réalité : il était tombé amoureux d'une femme qui renforçait le schéma qui le maintenait prisonnier. Il a mis fin à son mariage.


Avant cela, il avait déjà modifié les comportements qui pouvaient porter atteinte à sa vie de couple et qui repoussaient sa femme à son insu. Il a cessé de vouloir la contrôler. Il lui a consenti une plus grande liberté. Il s'est affirmé quand elle le bafouait. Mais Francine n'a pas changé. Leur vie de couple s'est détériorée encore davantage. Paul a d'abord eu très peur de quitter sa femme. Mais quand il l'a fait, il ne s'est pas écroulé. Il est devenu plus calme et plus sûr de lui. Il a compris qu'il était capable de vivre sans Francine. Cette rupture s'est donc révélée une initiative positive.


Paul a ensuite fréquenté d'autres femmes. Il a d'abord choisi des femmes qui, comme Francine, se révélaient instables et incapables de l'appuyer. Le même cycle se répétait en accéléré. Il a peu à peu appris à choisir plus sereinement ses partenaires même si l'attirance envers elles n'était pas aussi forte. Il a appris à apprécier la stabilité et l'affection.


La thérapie des schémas aide à déceler le genre de relations qui vous conviennent et celles qu’il est préférable d'éviter en raison de vos schémas spécifiques. Ce n'est pas toujours facile. Vous serez peut-être amené à faire des choix douloureux à court terme et même à aller parfois à l'encontre de votre instinct si vous voulez sortir des ornières où votre vie s'est enlisée.


Ce type de psychothérapie permet de rassembler toutes les composantes du problème et d'éclairer la personne sur les moyens à prendre pour surmonter son schéma précoce d'inadaptation. La thérapie des schémas procure une grille conceptuelle simple et directe qui permet de repérer les thèmes récurrents dans sa vie et comment en venir à bout. Elle permet de développer une notion accrue de sa propre identité et de prendre conscience de ses désirs et de ses sentiments si longtemps réprimés. La personne peut alors se heurter à une certaine résistance de son entourage au moins pendant un temps. Elle montre qu’il est important d'entrer en contact avec nos sentiments et elle permet de ne pas retomber dans ses anciennes habitudes.


La thérapie centrée sur les schémas intègre des techniques cognitives et comportementales avec des techniques psychanalytiques et des techniques existentielles et humanistes.


A noter que certains schémas, comme « méfiance et abus », sont plus longs à guérir et doivent être abordés avec l’aide d’un thérapeute ou d’un groupe d’entraide.

 

Jeffrey E. Young et Janet S. Klosko

« Je réinvente ma vie », Les éditions de l’Homme, 2003


Source image Pixabay 15/03/2024



collaboration dans la thérapie des schémas

16 vues0 commentaire

Comments


bottom of page